Du fromage spécial enfants ?

Ce soir sonnait l’heure des courses post-week-end comme chaque début de semaine.

Certaines entreprises proposent des courses en ligne qualitatives : du choix en termes de produits locaux et de saison, fromages de fromagers, bon pain au levain. Bref, de quoi nourrir toute la tribu sans toujours lever, en effet, ses fesses du canapé.

Au moment d’arriver au rayon fromage donc, pour la première fois j’ai descendu le curseur plus bas que d’habitude, allez savoir pourquoi. Je suis alors tombée avec stupéfaction sur la catégorie « Fromages enfants ». Un emballage :  triplé, des couleurs : loin de la réalité, un goût : le plus neutre possible, ce serait donc ça faire des courses « enfants » ? 

Et puis pour les récompenser, leur faire plaisir, on se pencherait sur toutes sortes de sucettes, et autres « bombecs » ?

Et puis, quand l’entrée dans l’adolescence se fait, leurs mauvaises notes, leurs chagrins d’amour, leurs réussites, leurs joies se fêtent ou se noient dans le « sucre-récompense ». Le parent s’inquiète alors de cette prise de poids soudaine. 

Quelle responsabilité des industriels qui jouent sur l’emballage : couleurs vives, motifs attrayants pour les enfants.

Quelle responsabilité des sites de vente en ligne qui intitulent donc certains rayons « enfant » pour vendre Babybel et Vache kiri ?

Quelle responsabilité des supermarchés qui disposent les produits les plus sucrés à hauteur d’enfants qui s’ennuient dans la queue de leurs caisses ?

Quelle responsabilité des restaurateurs pour qui le menu steak haché frites glace reste le combo gagnant pour un enfant ?

Dans l’atelier fruits et légumes que j’ai animé dans une école primaire la semaine dernière, les enfants classaient dans les jus de fruit : l’Oasis, l’Iced tea, le Caprisun, le Tropico, l’Orangina, le Fanta. Bref. J’ai souri et puis mon cerveau d’accompagnante s’est figé. J’ai redessiné la pyramide alimentaire au tableau, j’ai tracé une flèche entre la case « produits sucrés » tout en haut et tous ces sodas. J’ai espéré très fort qu’ils comprendraient que ce n’était pas à volonté, que ça ne faisait pas partie des « 5 fruits et légumes par jour ». 

Et au fond de moi, j’ai eu envie de me battre encore plus fort pour que les enfants sachent ce qu’est un fruit de saison, sachent que c’est davantage de vitamines, moins de coût écologique, moins de coût tout court et que c’est la clé d’une santé assurée. 

Quand j’ai demandé qui connaissait quelqu’un ayant du diabète, 1/4 de la classe, au moins, a levé la main.

Ça ils savaient ce que c’était et ils savaient que pour ces proches toutes ces boissons étaient prohibées sous peine d’aggraver leur maladie. Ça, ils l’ont compris, c’était acquis.

Alors j’ai espéré, encore plus fort, qu’un jour le sucre pour les enfants rimera non plus avec pathologie mais qu’il sera, au même titre que le riz de Camargue, la salade bien assaisonnée du producteur d’à côté, le jus des pommes de la cousine normande, un plaisir quotidien.

Que le fromage sentira la chèvre et pas le plastique qui l’entoure individuellement. 

Et que féliciter un enfant ne passera pas par son empoisonnement. 

Et que lui proposer quotidiennement des légumes se fera sans duperie : que l’on ne cachera plus les courgettes dans les gâteaux au chocolat, les brocolis sous le riz…

Pourquoi les cacher comme si l’enfant alors forcément les détester ?

Pourtant le légume se dévoile, se sublime, même dans les émissions culinaires les plus regardées.

Il serait peut-être temps de soigner ses angoisses des épinards à la crème made in cantoche pour ne pas les transmettre à nos enfants. D’autant plus que la purée ou les pâtes à l’eau c’était pas non plus digne d’un resto gastro !

A vos cagettes maraîchères !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s