Le calcium

Pour :

-santé osseuse et des dents

-contraction musculaire

-influx nerveux

Combien : les recommandations de l’ANSES :

-1- 3 ans : 450mg

-dès 4 ans : 800mg

-dès 11 ans : 1150mg

-adulte : 950mg/ jour ( y compris femmes enceintes et allaitantes)

Où : les sources

Les produits laitiers :

300mg de calcium dans :

-Un bol de lait

-300g de fromage blanc

-2 yaourts

-30g de gruyère ( les pâtes dures sont très riches en calcium)

Aussi :

-viande, poisson, algues, oeufs

-légumes, fruits, fruits secs, herbes aromatiques

-oléagineux ( amandes, noix…)

-graines ( sésame…)

-légumes secs ( lentilles, pois chiches…)

-pain, céréales

-eaux minérales ( Contrex, Hépar…)

Absorption :

Grâce à la vitamine D

= cholestérol + exposition 15 minutes quotidiennes au soleil

ou

= alimentation riche en vitamine D

poissons gras, jaune d’oeuf, beurre, abats, produits laitiers

ou

= vitamine D en supplémentation

sur prescription médicale de préférence

ampoule en novembre et en février par exemple, ou en goutte(s) quotidienne(s) (Pediakid…)

Pour les kids, on couvre comment leurs besoins :

1- les reco pour les 1-3 ans sont donc de : 450mg de calcium par jour

2- donc si mon enfant de 3 ans prend :

1 bol de lait au petit déjeuner : 250 ml de lait = 300mg de calcium 

-20g d’emmental au déjeuner: 220mg de calcium

-1 yaourt au diner : 200mg de calcium

= < à 700mg de calcium apportés uniquement par les produits laitiers. 

Ajoutons le pain, la viande, les légumes et les fruits et les besoins de nos bambins seront largement couverts !

Pour les plus petits, en période de diversification alimentaire, les besoins seront couverts par le lait maternel ou infantile (globalement, il sera toujours à 800ml de lait quotidiens puis tendra petit à petit vers 500ml ( lait pris au sein, au biberon ou en laitages.)

Mais puisqu’on est en période de diversification, on peut tout à fait lui proposer également des sources de calcium parmi celles citées.

Reprenons :

algues : tout à fait possible mais puisqu’elles sont séchées et non cuites, on va les faire cuire dans l’eau bouillante ou à la vapeur ( pour éviter les risques d’infection alimentaire) et les mixer (pour ne pas qu’elles se collent au palais). 

poissons : mixés puis hachés sans arêtes- bien cuits ( jusqu’à 5 ans pour éviter les risques d’infection alimentaire). 

viandes : mixées puis hachées- bien cuite ( jusqu’à 5 ans pour éviter les risques d’infection alimentaire). 

oeufs : écrasés puis en morceaux – bien cuits : durs ou omelettes non baveuses etc. ( jusqu’à 5 ans pour éviter les risques d’infection alimentaire). Les oeufs sont allergènes on les introduit seuls avant d’introduire un autre allergène : on évite de proposer un oeuf dur et des graines de sésame moulues dans le même repas.

produits laitiers : lait maternel, lait infantile, laitages, fromages ( pasteurisés ou pâtes dures affinées : en gros morceau qu’ils mordilleront ou râpé mais pas fondu pour éviter les fils).

eaux minérales riches Hépar, Contrex ( en parler au médecin car pas adapté au quotidien pour les reins de nos bambins). 

les légumes et fruits : mixés ou bien cuits ou bien murs (qui s’écrasent dans la main)

les fruits secs : dattes, pruneaux : plutôt recuits et mixés puis hachés incorporés en compote, gâteaux, milkshake…

les oléagineux (amandes etc) en purée diluée dans une compote puis sur un craquotte qu’ils adoreront lécher, en poudre incorporée dans une préparation. ( Les arachides sont allergènes : on en introduit un seul à la fois : on évite alors sur le même repas de proposer un oeuf et des cacahuètes en poudre).

les graines mixées (les graines de sésame): allergène : donc à introduire comme seul allergène 2 à 3 fois pour vérifier l’absence de réaction avant d’en introduire d’autre. 

les légumes secs : mixés puis écrasés puis entiers ( attention toutefois aux pois chiches et aux flageolets qui sont relativement gros : on peut les diviser en 2 selon les capacités de l’enfant.

les herbes aromatiques ( surtout basilic) mixées puis ciselées pour éviter qu’elles ne se collent au palais. 

Quant aux quantités, il n’y a pas de règles ( sauf à ne pas dépasser les grammages de viande, poisson, oeufs pour ne pas abîmer leurs reins : jusqu’à 6 mois pas + de 10g (=1/4 oeuf dur), jusqu’à 1 an pas + de 20g = 1/2 oeuf dur), à 3 ans ( 30 à 40g : 3/4 d’oeuf dur), à 5 ans ( 50g = 1 oeuf dur, 1 tranche de jambon, 1/2 steak, 1/2 blanc de poulet…).

A part pour les protéines, le principe est l’observation des sensations de son enfant. Les enfants savent s’ils ont faim ou pas, faites-leur confiance ! Et ils savent aussi de quoi ils ont envie !

On évite les  » si tu ne finis pas ton brocolis, tu n’auras pas de compote » : pas de hiérarchie entre les aliments, pas d’ordre de présentation non plus. Et, et cela n’engage que moi : pas d’horaire fixe non plus. S’il est gardé à la crèche, il est fort probable que son déjeuner lui soit proposé aux alentours de 11h. Le week-end il est fort probable que vous passiez à table vers 13h. Pas de panique donc s’il vous demande un petit encas en fin de matinée : on pourra tout à fait lui proposer une banane bien mûre ou une gourde de compote, un morceau de craquottes ou un boudoir qui fond en bouche, un peu d’eau ou de lait, bref pas de panique !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s